Livre d'or

82 message(s) dans le livre d'or

  • 1 justeunvoyage (site web) Le 18/09/2021

    Bonjour Patrick,
    Je ne connaissais pas cette marque belge. Au vu des spécifications, ça me semble être une bonne machine, avec un couple moteur conséquent, des équipements de qualité, comme les freins hydrauliques à patin, la courroie et la boite de vitesses Shimano.
    Je crois comprendre que ce vélo à moteur Bafang ne propose pas une assistance proportionnelle. Disposer de plusieurs niveaux d'assistance qui viennent s'ajouter aux forces disponibles de la pédaleuse ou du pédaleur me paraît, par expérience, être un bon choix quand les forces sont limitées.
    Le choix d'un vélo pliant se justifie peut-être par des aspects pratiques, comme de pouvoir le mettre dans le coffre d'une voiture pour le transporter. Les petites roues permettent aussi un cadre bas, ce qui est plus facile à franchir pour monter dessus. Le défaut par rapport aux "grandes" roues (26 à 28 pouces) est un équilibre un peu moins sûr de la machine.
    Bien sûr, comme pour tout achat d'un objet technologiquement assez complexe, et sauf à être soi-même un bricoleur très averti, il est préférable de disposer d'un service après-vente de proximité à même d'intervenir en cas de dysfonctionnement, immédiat (mais là, la garantie joue à plein avec un marque européenne), ou à plus long terme. A priori, compte tenu des technologies et marques sur cet assemblage, il ne devrait pas y avoir de problèmes de pièces.
    Le choix me paraît donc plutôt bon, à condition d'avoir fait bien sûr un essai dans des conditions proches de la réalité, pour confirmer le choix et ne pas être déçu.
    Dernier détail, l'autonomie annoncée avec la batterie me paraît très généreuse, sans être complètement invraisemblable. Je consomme pour ma part un peu plus que ce qui est envisagé, avec il est vrai un poids de corps probablement plus important (le poids du vélo compte assez peu) auquel j'ajoute souvent du chargement, en montant (tout doucement) des côtes et en jouant beaucoup du dérailleur tout en roulant à petite allure.
    En vous souhaitant à tous deux de belles sorties aussi longtemps que possible,
    Bruno

  • 2 justeunvoyage (site web) Le 18/09/2021

    Bonjour Robert,
    Je suis plutôt d'accord avec votre idée du moteur électrique. Est-ce le marché qui suit la demande ou bien l'offre qui le crée ? Le mystère de l'œuf et de la poule n'est pas encore tout à fait résolu...
    Je ne suis pas technicien, ni vendeur de kits, juste un utilisateur. Je vous engage à aller voir des sites où des spécialistes bien plus pointus que moi pourront probablement vous renseigner, comme, par exemple, cyclurba.fr
    Néanmoins, par expérience, j'ai constaté que les moteurs pédalier sont bien plus efficaces que les moteurs roue dans les pentes de quelque longueur et importance, parce qu'ils permettent d'utiliser un petit développement avec une consommation la plus faible possible. Une telle caractéristique est bien sûr au détriment de la vitesse, mais elle permet d'aller plus loin avec la même batterie, tout en ménageant la mécanique interne du moteur (roues-libres, diminution).
    En vous souhaitant de trouver ce qui vous convient.
    Bruno

  • 3 laporte Robert Le 17/09/2021

    Bonjour
    Je cherche un moteur roue de 250 W léger capable de délivrer son couple maximum autour de 12 km/h et non pas à 20 km/h comme la plupart des moteurs roues . C'est juste pour une assistance dans les cotes . ( c'est pour une roue de 700C ) , pour l'instant je pense à l'AKM 100H avec son rapport de réduction de 12,6 pour un RPM de 201. Je réclame les courbes couple/ tr mn à tous les constructeurs ou vendeurs , mais pour l'instant je n'ai rien obtenu . Les gens veulent de la vitesse sur le plat en mode urbain et les constructeur on suivi la demande . Celui qui veut randonner dans les alpes peut aller se gratter , ou acheter un moteur pédalier et être sur de trouver une prise de courant tous les 50 km .

  • 4 Coeuru Le 09/09/2021

    Bonjour,
    suite à la lecture de votre article très complet sur les moteurs électriques, j'y vois un peu plus clair.
    Devant le choix d'un vélo pliable haut de gamme (pour mon épouse atteinte d'une sclérose en plaque et qui a besoin d'un vae où elle produise le moins d'effort possible) nous nous sommes arrêtés sur le Beaufort Ascento, qui présente
    de solides caractéristiques, notamment en ce qui concerne le couple moteur (80 Nm), que la puissane de la batterie (468 Wh). Il est de plus équipé de capteurs de pression.
    Auriez-vous la possibilité et la gentillesse de nous donnez votre avis éclairé avant que mon épouse ne se décide à l'acheter?
    En vous remerciant par avance,
    Cordialement,
    Patrick Coeuru
    https://www.altermove.com/9948-18536-velo-electrique-beaufort-ascento.html#/4616-couleur-bleu_ciel

  • 5 justeunvoyage (site web) Le 04/05/2021

    Bonjour Benoit,
    Eh ben, ils ne se mouchent pas chez Boulanger... Le prix de la batterie par rapport à celui du vélo entier me semble prohibitif. Vos questions sont donc on ne peut plus compréhensibles. Je ne sais pas si le SAV de Boulanger dispose des compétences nécessaires pour être de bon conseil.
    N'étant pas technicien, je ne peux que faire des hypothèses, dont, d'après les photos de ce modèle, celle que la batterie, le moteur, le contrôleur et le display (l'écran) ressemblent pas mal à des pièces chinoises (ce qui n'est pas en soi un défaut) et pourraient bien être compatibles avec d'autres pièces chinoises.
    Ne souhaitant pas commettre des erreurs ni surtout vous envoyer dans des impasses, je vous engage à faire des recherches sur cyclurba.fr, voire à poser des questions en ouvrant une discussion. Il existe des cyclurbistes bien plus pointus que je le suis sur ces aspects spécifiques.
    En vous souhaitant de réussir à trouver des solutions techniquement compatibles et financièrement raisonnables,
    Bruno

  • 6 justeunvoyage (site web) Le 16/04/2021

    Bonjour,
    Je m'efforce de vous répondre avec ce que je sais et ce que j'ai expérimenté. J'ai tendance à penser que le moteur-roue n'est pas adapté à des dénivelés importants. Il aide d'autant moins que la roue tourne lentement. Les moteurs roue directs drive peuvent convenir, mais ils sont lourds, avec des puissances importantes, donc illégales, supposent un montage avec rayonnage renforcé et un torq arm sur la fourche, etc.
    La solution pour grimper sans trop consommer, avec un couple important, sans que le moteur soit sensible à la vitesse de rotation de la roue est le moteur pédalier. Ces moteurs permettent d'utiliser à plein les plus petits développements.
    J'ai eu des moteurs-roue, et face à leurs limites en côte, je suis passé aux moteurs-pédaliers.
    Amsterdam Air par exemple propose une page d'explications que je trouve curieusement favorable aux moteurs-roue https://www.amsterdamair.fr/blog/lexique/couple-a-roue-moteur-pedalier/ alors que d'autres, la grande majorité, sont plus objectifs et recommandent le moteur pédalier pour les pentes, le vent et le chargement https://www.power-e-bike.fr/blog/moteur-velo-electrique-moyeu-ou-pedalier-que-choisir/
    Rien n'empêche de s'informer sur les sites ou plus directement en les appelant auprès d'installateurs ou vendeurs de kits moteurs, par exemple des visibles comme Ozo, Moteur et vélo, B-Volt, Declic Eco, etc. Il existe aussi des artisans de proximité qui proposent ce type de prestation.
    Quant à la batterie, c'est au moins aussi complexe. Le poids, la vitesse, le dénivelé, la température... les paramètres sont nombreux et variables selon le type de moteur, la pratique, la force du pédaleur, le poids total en charge, etc. L'âge venant, je constate que je consomme de 10 à 20 % de plus sur les mêmes reliefs à la même vitesse avec les mêmes vélos qu'il y a cinq ans, quel que soit le type de batterie. De plus, au fil du temps, la capacité d'une batterie diminue, un peu comme un réservoir qui se ratatinerait. Mieux vaut donc prévoir assez large...
    En espérant que ces quelques observations pourront vous être utiles, et en vous souhaitant d'heureuses balades,


  • 7 justeunvoyage (site web) Le 03/03/2021

    Bonjour Richard,
    J'ai jeté un œil sur trekking zone. Les compte-rendu de balade et les photos sont bien sympathiques et sûrement utiles aux trekkeurs. Félicitations.
    OSMand n'est pas une application complètement évidente à appréhender de prime abord. Tous les utilisateurs en conviennent je crois. Elle vaut le coup de s'y attentionner, par la richesse, la variété, l'actualisation des cartes issues du projet Open Street Map.
    Les informaticiens qui la pilotent ont la manie de changer les commandes à peu près à chaque mise à jour. Pour l'instant, j'arrive à peu près à suivre, mais il ne faut pas s'endormir sur ses habitudes... Dur, parfois.
    Pour faire apparaître-disparaitre les traces de la carte, je pars du bouton de liste en bas à gauche de l'écran. Puis en cliquant sur "mes lieux favoris" je vais sur l'onglet "traces". Pour effacer de l'écran une trace, je pousse le bouton de la trace en question sur la gauche dans le premier item ""visible".
    Inversement, je peux reprendre une trace précédente, enregistrée depuis un site (Import) ou mémorisée sur le smartphone après parcours (Rec pour record = enregistrement en angliche). Il est possible de choisir l'apparence de cette trace à afficher par le bouton "palette" (de type Android) : flèches de direction, icônes de départ et d'arrivée, couleur, largeur du trait. Plusieurs de ces caractéristiques sont personnalisables. C'est riche.
    Pour supprimer définitivement une trace, je prends le même chemin, puis reste appuyé sur les trois petits points verticaux à droite (comme dans quasi tout Android). Je choisis "supprimer". Il m'est arrivé en une demi-douzaine d'années d'avoir à réinstaller deux fois OSMand suite à un bug. Ce n'est donc pas parfait, mais vraiment rare pour une application, du moins selon mon expérience.
    Pour les amateurs d'IGN, le site EDP-parcours est plaisant pour tracer des parcours, qu'on peut transférer en .gpx dans OSMand sur smartphone ou un GPS ensuite. L'accès à l'IGN se fait moyennant une petite cotisation annuelle, à cause du prix demandé par l'IGN. Le gars ne doit pas faire fortune avec ça. L'algorithme de traçage est à mon avis le meilleur pour le cyclotourisme, y compris en zone urbanisée, ce qui m'arrange bien. Je ne connais pas sa qualité pour la randonnée pédestre.
    Bons trekkings.
    Bruno

  • 8 Richard KIRSCH (site web) Le 02/03/2021

    salut ,
    j'anime un blog de rando , plutôt utilisateur de géoportail (IGN) je découvre un peu OsmAnd .
    J'ai chargé l'App (Ios) et j' ai un blocage ! . Impossible de supprimer un itinéraire enregistrer
    Comment on fait sur cette App ?? Merci par avance

    Richard

  • 9 justeunvoyage (site web) Le 12/02/2021

    Ces précisions, pour autant qu'elles émanent effectivement du l'organisateur des travaux, se veulent rassurantes. J'ai un petit doute car l'adresse mail liée à ce message n'est pas opérationnelle.
    Les précisions techniques me font incliner vers l'authenticité de cette réponse.
    Les usagers qui voient la rouille sous les ponts pourtant refaits à neuf ne sont peut-être pas complètement rassurés pour autant, car peindre de la rouille reste contre-intuitif.
    Davantages de précisions techniques dans la communication, par la voie de la presse locale et/ou le site du Conseil Départemental par exemple, auraient probablement permis de mieux informer ces usagers. Cette communication n'est pas a priori du domaine de Monsieur Jaffrelo. Elle est d'abord politique. Mais les politiques n'ont pas daigné apporter de réponse au courrier qui leur a été adressé. Il faudrait peut-être faire une campagne sur les réseaux associaux pour être entendu. Les journalistes n'ont que rarement la formation nécessaire en sciences et techniques pour en exposer les finesses éventuelles au grand public.
    Merci à Monsieur Jaffrelo d'avoir pris le temps d'apporter ces éléments de réponse.

  • 10 Jaffrelo serge Le 11/02/2021

    Bonsoir et félicitations pour votre site,
    Je souhaiterais apporter une précision sur la réfection des ponts de Thouaré que j' ai conçue et dirigée.
    Les pièces de ponts métalliques sous le tablier béton n´ont plus de rôle structurel car elles sont doublées par les petits profilés situés juste au dessus.
    En les remplaçant par des pièces neuves très performantes, nous avons accéléré le chantier et supprimé tout aléa en évitant les réparations, façon méthode américaine. Nous avons d'ailleurs présenté ce concept en Allemagne et aux Etats-Unis, pays qui abrite nombre de ponts treillis comme l'Angleterre à l' origine de la construction métallique au 19ème siècle.
    Pour la remise en peinture, ces vieilles structures assemblées par rivetage ne peuvent éviter les coulures de rouille.
    C'est pourquoi nous avons réduit de moitié le poids du pont pour soulager ces poutres aux sections légèrement réduites.
    A votre disposition
    Serge Jaffrelo

Écrire un message sur le livre d'or

Anti-spam