le VAE de rêve pour le voyage

Ce VAE pour le voyage demeure un rêve. Aucun constructeur ne le propose. On a le droit de rêver quand même, ou de se bricoler si on est bricoleur.

J'ai arrêté de rêver. Je l'ai fait, avec l'aide de plus compétent que moi. Et ça marche. Bien. Le projet : kit plus puissant et cadre acier  Réalisation du projet Fahrradfang et tests

Partie cycle :

  • un cadre acier de qualité, simple, sans amortisseurs, avec une peinture résistant aux chocs et rayures ; pour se ménager le dos et l'arrière-train, on peut installer une tige de selle suspendue sérieuse,
  • une géométrie classique pour un vélo peu fatigant, stable, confortable,
  • des attaches et œillets filetés pour arrimer solidement les garde-boue et porte-bagages surbaissés à l'avant et à l'arrière,
  • des roues robustes, facilement démontables et remontables,
  • des pneus roulants et suffisamment larges pour être confortables (35 à 50 mm),
  • des freins simples, ou alors des disques mécaniques (quand même plus subtils à régler que de bons vieux patins sur jante),
  • des garde-boue rigides et bien couvrants,
  • des vitesses (développements) étagés autour du développement de base (5 à 8% d'écart), avec des écarts plus grands pour les descentes et les montées (grands et petits développements avec des écarts de 15 à 25 %), et la possibilité de modifier le développement de base pour l'adapter au cycliste, et un plus petit développement aux environs de 1,50 mètre ; perso, les développements supérieurs à 5.50 mètres sont inutiles ; un éclairage sur les développements est proposé ici : un brin de technique,
  • un cintre (guidon) multi-positions : papillon ou course,
  • un éclairage avant et arrière de qualité, robuste et puissant, disponible en permanence,
  • la possibilité de poser deux porte-bidons.

Partie assistance électrique :

  • une grosse batterie pour une grande autonomie même avec des bagages, des côtes et du vent : 16 à 18 Ah en 36 volts, soit 580 à 650 Wh,
  • une assistance modulable, soit par la vitesse choisie (et facilement modifiable en roulant) aidant au-dessous et n'aidant pas au-dessus, soit par le niveau (faible, moyen, fort),
  • une recharge possible de la batterie sur le vélo et/ou en détachant la batterie verrouillable avec une clé, avec un chargeur léger, peu encombrant et insensible à l'humidité (et, pourquoi pas, intégré à la batterie puisqu'il s'agit d'un vélo de voyage),
  • un système d'assistance adaptable (au moins) à la cadence de pédalage du cycliste (certains tournent à 60 rotations par minute en moyenne, d'autres à 90, et cette vitesse peut varier selon le terrain : montée, plat, descente), 
  • une assistance permettant de franchir sans encombre une pente d'au moins 12% avec 50 ou 60 Watts fournis par le cycliste (ou plutôt avec un nombre de watts à peu près équivalent ou légèrement inférieur à 1 Watt par kilogramme de poids corporel), donc du couple plutôt que de la vitesse si un arbitrage doit être fait, quitte à n'avancer qu'à 7 ou 8 km/h en forte pente, voire moins si on a le sens de l'équilibre,
  • un poids total en charge (vélo + cycliste + bagages) de 130 kg,
  • une assistance conçue pour une allure moyenne modérée (14 à 22 km/h selon la force du cycliste),
  • un moteur, une batterie, une console, des commandes et des câbles insensibles à l'eau, au sable et à la poussière,
  • probablement un moteur central puisqu'offrant plus de couple, avec assistance équivalente à toutes les allures et ne chauffant pas excessivement dans les longues montées avec chargement.

Les informations de la console, au complet : 

  • la consommation instantanée en Wh, ou en nombre d'Ampères (toutes les unités me vont, je n'y comprends pas grand chose, mais si ce sont toujours les mêmes je m'y retrouve),
  • le nombre de Wh en réserve (ou d'Ampères) et l'autonomie restante estimée en km, qui ne sera jamais qu'une estimation parce que les variables sont plurielles et changeantes : vent, poids transporté, pentes, état de forme du pédaleur...
  • le nombre de Wh (ou d'Ampères) consommés par heure (ou au kilomètre) en moyenne, du jour et au total,
  • la vitesse instantanée et moyenne du jour, et la vitesse moyenne globale,
  • la durée de la sortie du jour et la durée totale d'utilisation,
  • la cadence instantanée (nombre de tours de pédalier à la minute), la cadence moyenne du jour, 
  • le développement moyen et le développement moyen en montée du jour,
  • le nombre de mètres d'élévation du jour (dénivelé positif)
  • le pourcentage de la pente (montée/descente) instantané et maximal du jour,
  • l'heure et la date,
  • la possibilité de réglage fin de la circonférence des roues, au millimètre,
  • choix des 4 ou 5 informations considérées comme essentielles sur l'écran de base, avec défilement d'écrans pour l'accès aux autres informations.

Les informations de la console, version très simplifiée : 

On pourrait admettre que nombre des informations ci-dessus soient disponibles sur un compteur ou un GPS indépendant de l'assistance, surtout si cela permet d'avoir un système plus simple et plus fiable. Les informations essentielles sont la distance du jour et la réserve d'énergie disponible dans la batterie.

ET LES DEUX PARTIES TRÈS TRÈS FIABLES.

 

Il n'existe pas, pas encore, ou pas tout à fait

Amsterdamer propose des vélos électriques de voyage à cadre acier, modèle :"Opal" qui ont une belle mine.

Velo electrique opal steps cadre high gris 1

Voir les détails sur le site http://www.amsterdamer.fr/PBSCCatalog.asp?ItmID=7104602

Le cadre est bien en acier avec vingt couleurs au choix, sur-mesure si on veut, les porte-bagage sont là tout comme la lumière, la ligne générale est plaisante, les composants sont de qualité. Bien d'autres choix sont proposés, outre la forme du cadre, celle du guidon, diverses selles dont des Brooks, l'emplacement du moteur (roue avant, roue arrière, pédalier), de la capacité de la batterie, de la transmission. Le modèle le moins cher est déjà à un prix conséquent ; les options et choix possibles font fortement varier les prix, par exemple et hors choix d'une autre couleur, d'une autre selle ou d'autres options, sans atteindre des sommets :

  • moteur avant (30 Nm ?), boite de vitesses dans le moyeu arrière Nexus 8 vitesses, batterie 375 Wh, 2800 €,
  • moteur arrière (40 Nm ?), transmission classique Deore 3  x 10 vitesses, batterie 558 Wh, 3700 €,
  • moteur pédalier Shimano Steps 50 Nm, boite Alfine 11 vitesses, batterie 418 Wh, 3750 €.

Quand même, 3700 € pour un vélo à moteur roue arrière et une transmission assez banals, ça commence à faire beaucoup (environ 3,2 Smic mensuels nets). Il se rapproche d'un vélo artisanal, nécessitant beaucoup plus de main d'oeuvre et de gestion de petits stocks que les produits industriels. Un bon vélo sec (sans petit moteur d'appoint) à cadre acier équipé pour le voyage avec une transmission Deore, on en trouve pour 1300-1500 €. En entrée de gamme, on peut avoir un VSF T-100 à cadre acier monté en Alivio pour 800€, et pour 1100€ un Rigeback Expedition avec cadre Reynolds 520 et une transmission Deore/Alivio. Le système d'assistance complet avec une batterie de 15,5 Ah (550 Wh) pourrait donc être estimé à 1200 € environ. Un kit roue arrière à monter soi-même avec une batterie équivalente vaut près de 800 €. C'est un vélo à assistance électrique de cyclotourisme pour la victoire de Samothrace (qui a perdu ses deux bras), mais le prix élevé n'est pas complètement indécent.

Ce vélo a le grand mérite d'être proposé sur le marché. Je ne sais pas tout mais je n'en ai vu aucun autre qui se rapprocherait un peu de mon rêve. Cependant, les choix proposés ne sont pas tout à fait ceux que je souhaite. Ainsi, avec ce moteur pédalier, le plus petit développement lié est trop long à mon avis, environ 2 mètres. Ce moteur peut être associé à un dérailleur classique. La capacité de la batterie est insuffisante avec ses 400 Wh, quand la concurrence est actuellement à 500, 550 et même plus de 600 Wh. Le couple est limité (50 Nm, quand le 70 Nm devient courant, sans doute ça "mange" la chaine et les cassettes, qui ne sont guère plus embêtantes à changer que de vidanger sa boite de vitesses et bien plus pratiques pour démonter-remonter la roue en cas de crevaison), et il n'est peut-être pas celui annoncé avec les développements proposés. Ce vélo peut convenir à d'autres.

Giant quick

Dans la catégorie produit de la grande industrie, le Giant Quick E+ 2016 a plutôt une assez belle allure je trouve, avec son cadre rigide, ses garde-boue, son porte-bagage arrière et ses roues de 27,5 P (650B). Il est équipé d'un moteur Yamaha central avec un couple de 80 Nm. Mais il y a des mais.

  • Les développements sont (trop) grands avec des plateaux de 48 et 36 et une cassette à 10 pignons étagés de 11 à 36 dents. Le développement minimal est de l'ordre du tour de  roue (2,1 m). Avec le double plateau d'un Giant Dirt (VTT 38 et 24 dents) les développements seraient bien adaptés. Peut-on changer ? A défaut, on pourrait envisager, si c'est possible techniquement, de transformer la cassette pour la faire finir à 42 dents avec des plateaux avant de 40 et 32. Avec un 32 devant et un 42 derrière, le petit développement serait d'environ 1,60 m.
  • Le cadre est en aluminium impitoyable. Le confort pourrait être amélioré en ajoutant une tige de selle suspendue du genre de la Cane Creek Thudbuster.
  • On peut mettre des sacoches sur le porte-bagage arrière, mais il n'a pas de plateau (pour y poser la tente par exemple). Peut-on installer un porte-bagage avant surbaissé ? Les freins à disque ne faciliteraient pas une pose de manière stable et durable comme cela est prévu sur le vélo précédent.
  • Le cintre semble être situé assez bas par rapport à la selle. L'allure du cycliste est prévue aérodynamique. Il faudrait pouvoir remonter ce cintre pour avoir une position de confort tenable longuement. Ce cintre pourrait être changé pour un papillon par exemple, pour les mêmes raisons. Si la distance selle-cintre d'origine est correcte, un papillon obligerait à adopter une potence plus longue pour retrouver cette distance.
  • Selon les goûts et habitudes du pédaleur, la selle aussi pourrait être changée. Plastique ou cuir, c'est au goût de chacun.
  • Les pneus sont sûrement pas mal en tout chemin. Pour un voyage sur route, un peu moins large et plus roulant serait préférable, style Marathon Supreme ou Mondial.
  • La batterie n'embarque que 400 Wh. D'autres Giant en proposent 500, ce qui serait déjà mieux sans être idéal.
  • Il n'y a pas de lumière, du moins permanente. Une dynamo moyeu associé à un phare à diode puissant (80 à 100 Lux) et un feu arrière ont l'avantage d'être disponibles en permanence.

Ben voilà, c'est un vélo pour la coursette du dimanche, qui n'est pas fait pour le voyage, ou alors en cyclo-hôtel avec deux petites sacoches et des étapes de 50-60 km. Il vaut à peu près 2800€ à la base. Les modifications alourdiraient la note, pour autant qu'elles soient possibles, et sans même changer la batterie.

Se monter un kit ?

En étant meilleur bricoleur que je le suis, j'aurais peut-être tenté l'installation d'un moteur central avec une "grosse" batterie sur un vélo à mon goût : forme du cadre en bon acier, porte-bagages, développements, etc. Il peut être possible de trouver de l'aide dans des ateliers participatifs.

Certains le font et paraissent fort bien s'en trouver, en voici quelques exemples :

Des exemples de réalisation :

Kit bafang sur vtt   Kit bbs bafang sur b twin

Ces kits sont vendus chez quelques revendeurs français. J'envisage d'en monter un, acquis chez Declic Eco.